Urographie

Est-ce douloureux ?

Non. L’urographie n’est pas un examen douloureux.

La perfusion : Elle n’est pas plus douloureuse qu’une simple prise de sang.
La compression : Elle peut être désagréable, mais ne doit pas faire mal. Si c’est le cas, elle sera diminuée.

Comment se préparer ?

Si vous êtes allergique, il faudra prendre des comprimés la veille de l’examen et le jour même pour éviter toute réaction.
Il faut être à jeun c’est-à-dire ne pas manger ni boire ou même fumer quatre heures avant l’examen.
Avoir la vessie vide donc uriner avant le début de l’examen.

Apportez :

La lettre de votre médecin et vos ordonnances.
Votre carte d’assuré social.
Vos anciens clichés radiologiques d’urographie ou d’abdomen sans préparation qui permettront une comparaison.
Le produit de contraste s’il vous a été prescrit.
Signalez :

Si vous êtes enceinte ou pensez l’être, pour que des précautions soient prises.
Si vous êtes allergique.

Quels sont les risques

Ils sont exceptionnels.

Des rayons X : Ils sont sans danger du fait des très faibles doses utilisées.
Du produit de contraste : Des nausées, vomissements peuvent survenir. Être à jeun les évitera. Des réactions allergiques peuvent se produire. Si vous êtes allergique, les médicaments pris la veille et le jour même limiteront ces réactions.
De la perfusion : Elle peut provoquer un petit hématome sans gravité qui se résorbera en quelques jours.

A quoi cela sert’-il ?

Cet examen étudie les voies urinaires depuis leur origine dans les reins jusqu’au méat urinaire.
Il recherche des anomalies tels que des malformations, une tumeur, ou le plus souvent un calcul bloqué dans l’uretère.

Il est indiquée en cas de :

Coliques néphrétiques fréquentes.
Sang dans les urines.
Infections urinaires à répétition…

Qu’est-ce que c’est ?

Elle utilise les rayons X et un produit de contraste à base d’iode.
Son principe consiste à opacifier la totalité des voies urinaires. Le produit de contraste est injecté par voie intraveineuse. Il passe dans la circulation sanguine puis dans les reins où il est éliminé dans les voies urinaires avec les urines. Il tapisse ainsi les parois des conduits urinaires qui seront visibles sur les clichés grâce aux propriétés radio opaque de l’iode.

Dans la salle d’examen, on trouve :

L’appareil qui se compose d’une table basculante au-dessus de laquelle un bras articulé muni du tube à rayons X se déplace.
Le pupitre de commande derrière lequel se trouve le personnel médical et qui est séparé du reste de la pièce par une vitre plombée.
Cet examen présente l’avantage d’étudier les voies urinaires de façon non agressive. Il est rapide et indolore.
Cependant, il ne permet pas de faire des prélèvements des zones suspectes et est moins précis qu’un examen endoscopique.

Comment se déroule l’examen

C’est un médecin spécialiste en radiologie qui pratique cet examen.
Après avoir signalé votre arrivée à l’accueil, on vous fera patienter quelques minutes en salle d’attente.
Avant l’examen, vous passerez au vestiaire pour vous dévêtir (on vous indiquera les vêtements à enlever).
Allez aux toilettes afin de vider complètement votre vessie.
Une infirmière mettra en place une perfusion au niveau d’une veine du bras.
Pendant l’examen, vous êtes allongé sur une couchette, le plus souvent sur le dos.
Le radiologue injecte le produit de contraste dans la veine puis plusieurs clichés seront pris à des temps précis et dans différentes positions : sur le dos, le ventre, de profil ou de trois quarts. Lors de la prise des clichés, ne bougez pas et bloquez la respiration. Parfois, afin d’améliorer la qualité des images, une compression sera appliquée sur votre ventre.
L’examen dure environ 30 minutes.
En cas de problème lors de l’examen, n’hésitez pas à le signaler au personnel médical.
Après l’examen, on vous demandera d’aller aux toilettes pour évacuer le produit de contraste et un dernier cliché sera réalisé.
Ensuite, vous pourrez manger et boire normalement.
Les résultats : Après l’examen, le radiologue vous donnera un premier commentaire.
Il enverra son compte-rendu définitif à votre médecin traitant dans les plus brefs délais. Ce dernier vous expliquera les résultats et vous donnera la conduite à tenir.